Le Tailleur de pierre – Camilla Läckberg

le-tailleur-de-pierre-camilla-lackbergLe Tailleur de pierre de Camilla Läckberg

Actes Sud, actes noirs

Parution : octobre 2009

Genre : Policier

Résumé

Un pêcheur de Fjällbacka trouve une petite fille noyée. Bientôt, on constate que Sara, sept ans, a de l’eau douce dans les poumons. Quelqu’un l’a donc tuée avant de la jeter à la mer. Mais qui peut vouloir du mal à une petite fille ?

Alors qu’Erika vient de mettre leur bébé au monde et qu’il est bouleversé d’être papa, Patrik Hedström mène l’enquête sur cette horrible affaire. Car sous les apparences tranquilles, Fjällbacka dissimule de sordides relations humaines.

Mon avis

Tailleur de pierre est le troisième roman d’une série mettant en scène les mêmes personnages. Les deux premiers sont La Princesse des glaces et Le Prédicateur.

Le gros intérêt de ces romans est donc que nous suivons la vie et l’évolution des personnages au fil du temps en plus des enquêtes.

Et nous ne suivons pas que les deux personnages principaux, Erica Falck et Patrick Hedström, mais aussi les personnages secondaires qui les entourent : la soeur d’Erica et son meilleur ami, les collègues de Patrick au commissariat.

Je me suis attachée aux personnages et je suis contente de les retrouver et de voir avancer leur vie tome après tome avec leurs joies, leurs peines, leurs projets familiaux…

J’ai déjà lu des romans policiers avec des personnages récurrents – la série des romans de Deborah Crombie – et dans leur cas, je m’étais davantage attaché aux personnages qu’aux enquêtes qui passaient, pour moi, au second plan et n’étaient que le décor dans lequel évoluaient les acteurs.

Ici, je trouve que les enquêtes sont aussi prenantes que la vie des personnages.

Les histoires de l’auteur suivent toutes le même schéma (au moins pour les trois premiers que j’ai lus) : un meurtre trouve ses racines dans le passé de la ville et des personnes impliquées.

L’auteur joue avec les secrets de famille et les non-dits. Elle distille ses révélations au compte goutte et nous laisse supposer des secrets qu’elle ne nous révélera que des dizaines de pages plus loin.

J’ai trouvé l’équilibre entre indices et révélations suffisamment bien dosé pour instaurer un suspens prenant qui fait difficilement lâcher le livre.

Au niveau de l’ambiance, j’ai trouvé une légère ressemblance avec le tome 1 de Millénium, qui tient surtout au fait qu’il s’agit de deux auteurs suédois qui écrivent des histoires se déroulant dans leur pays (avec des noms de localités imprononçables pour moi) et un jeu de piste au milieu des secrets de famille.

Les chapitres alternent les points de vue de différents personnages, impliqués de près ou de loin dans l’enquête. Il y a également deux histoires en parallèle, l’une avec l’enquête se déroulant à notre époque et l’autre avec une histoire du passé, connue uniquement du lecteur et qui vient apporter un éclairage supplémentaire sur les évènements actuels.

Cette narration multi personnages et multi époques ne m’a pas posé de problème dans ma lecture, mais j’imagine que ça peut dérouter certains lecteurs.

Grâce à cette double narration, le lecteur a droit à toute l’explication à la fin.

Je n’aime pas quand, à la fin d’un roman policier, l’auteur laisse une fin trop ouverte ou n’explique pas toutes les motivations des personnages ou les implications de l’affaire. J’aime que tout soit clair à la fin et l’affaire résolue, au moins pour moi en tant que lectrice.

Ici, grâce notamment à la deuxième histoire dans le passé, en tant que lecteur, nous avons droit à toutes les explications, même si certaines choses restent floues pour les personnages.

Le point qui m’a le plus dérangé dans cette histoire est la quasi-absence d’Erica, reléguée au second plan, en train de pouponner.

Dans le premier livre, La Princesse des glaces, elle prenait plus part à l’enquête et je m’étais habituée à la voir jouer un rôle plus actif dans sa résolution. Dans Le Prédicateur, on commençait déjà à voir plus son partenaire Patrick. J’espère que ce n’est pas quelque chose qui s’installe pour la suite de la série et qu’elle aura à nouveau un rôle actif dans la résolution des enquêtes.

En résumé

Les romans de Camilla Läckberg mettent en scène les mêmes personnages tomes après tomes et j’apprécie de suivre leur vie et de les voir évoluer et vivre leur vie. L’enquête policière ne passe pas pour autant au second plan et les développements de l’affaire garantissent un bon suspens.

Les plus

  • Une enquête intéressante qui joue avec les secrets de famille, enfouis depuis plus ou moins longtemps
  • Un bon suspens avec des révélations distillées tout du long du récit.
  • Une galerie de personnages attachant dont on peut suivre l’évolution tout au long de la série.

Les moins

  • La redistribution des rôles des personnages principaux qui met dans l’ombre l’héroïne, alors que j’aurais apprécié la voir plus impliquée dans l’intrigue principale.

Note : ***** 5 étoiles – Très bonne lecture

Publicités

Une réflexion sur “Le Tailleur de pierre – Camilla Läckberg

  1. Pingback: L’Oiseau de mauvais augure – Camilla Läckberg | Les Mots de l'évasion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s