La Première Leçon du Sorcier (L’Epée de Vérité t1) – Terry Goodkind

epee-de-verite-t1_premiere-lecon-du-sorcier_terry_goodkindLa Première Leçon du Sorcier – L’Epée de Vérité tome 1 de Terry Goodkind

Milady

Parution : novembre 2015

Genre : Fantasy

Quatrième de couverture

Richard Cypher vivait paisiblement dans la forêt de Hartland jusqu’à ce qu’il sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants. Elle ne consent qu’à lui dire son nom, Kahlan, mais dès le premier regard, il sait qu’il ne pourra plus jamais la quitter. 

Il la conduit jusqu’à son ami Zedd sans se douter que celui-ci est le grand sorcier que cherchait la jeune femme. Car un tyran sanguinaire du nom de Darken Rahl s’est emparé des Contrées du Milieu. 

L’heure est venue pour Richard de recevoir la légendaire Epée de Vérité qui lui donne le terrible pouvoir de rendre justice. Une arme à double tranchant qui lui fera éprouver la souffrance de tous ceux qu’il tuera…

Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres. Au nom de l’amour. A n’importe quel prix. 

Mon avis

Ce premier tome de L’Epée de Vérité reprend la recette classique des grandes quêtes de fantasy. Un jeune homme mène une vie tranquille jusqu’à ce qu’il soit désigné pour sauver le monde. Il entreprend alors un grand voyage à travers les différentes contrées pour réaliser cet objectif. Il est aidé dans sa quête par des compagnons et un puissant sorcier, à la personnalité plus ou moins excentrique, le guide. Les différentes étapes de son voyage permettent au lecteur de découvrir les différentes contrées et peuples de son monde.

Même s’il n’y a rien de nouveau dans la recette, les différents ingrédients qui composent cette histoire et le tour de main pour les combiner suffisent à donner de l’inédit à cette histoire.

Les découvertes et les péripéties s’enchaînent à chaque étape du voyage. Richard n’avait jamais entendu parler des Contrées du Milieu et de la magie qui y est à l’oeuvre. A travers ses yeux, nous découvrons en même temps que lui tout un univers.

Un des points que j’ai trouvés intéressant dans ce roman est la réflexion autour de la notion de la Vérité. Trouver la vérité est le but de la quête de Richard Cypher à partir du moment où il a accepté de recevoir l’Epée de Vérité. Mais la vérité n’est pas universelle. Chaque individu a sa propre perception de la vérité. Pour illustrer sa thèse, l’auteur utilise une métaphore simple, mais que j’ai trouvé très parlante :

Mon chat mange des souris. Est-il maléfique pour autant ? Ce n’est pas mon avis, ni celui du matou, mais je parie que les souris ne partagent pas cette opinion.

Quelques lignes plus loin, cette autre citation montre aussi que la vérité est une question de point de vue :

Le vainqueur pense qu’il était dans son droit, et le vaincu est persuadé d’avoir été injustement traité.

Toujours dans la même thématique, plusieurs épisodes de ce roman mettent en avant le pouvoir de la parole dans la manipulation des gens afin de les amener à croire ce que l’on souhaite.

Du côté des personnages, j’ai eu du mal à m’attacher à eux durant le premier tiers du roman.

J’ai trouvé que l’amitié entre Richard et Kahlan démarre trop vite. Même s’il lui sauve la vie, rien n’oblige à ce qu’ils deviennent les meilleurs amis du monde à peine quelques heures après s’être rencontrés. Dans le même sujet, leurs réactions au début du roman sont pour moi trop lisses, trop convenues. Ces personnages manquaient de charisme et je me suis demandé si j’allais arriver à les suivre durant le reste de l’histoire. A force de les côtoyer, j’ai fini par les trouver plus sympathiques et j’en suis venu à mieux les apprécier.

En somme, je n’ai rien de particulier à reprocher à ce roman, si ce n’est de ne pas avoir réussi à me séduire. Il lui manque ce petit truc indéfinissable qui transforme une bonne histoire en une très bonne lecture, voir en un coup de cœur. J’ai parfois eu du mal à trouver la motivation pour continuer ma lecture, même si l’histoire en général me plaît. Sachant qu’il s’agit d’une saga qui compte quinze tomes de plusieurs centaines de pages (entre 650 et 900 pages pour les trois premiers volumes dans mes éditions poches numériques), cela risque d’être compliqué d’avancer si je n’accroche pas plus que cela à l’histoire et aux personnages. Ma perception s’est améliorée vers la fin, j’espère qu’il s’agit d’un bon présage pour la suite et que les prochains voyages dans les Contrées du Milieu seront plus fluides.

En résumé

Une grande quête pour sauver le monde des Ténèbres et des forces du mal, dans la pure veine de la fantasy classique, mais néanmoins suffisamment originale pour que les amateurs du genre n’aient pas l’impression de quelque chose de déjà lu. J’ai apprécié la magie mise en oeuvre dans l’Epée de Vérité et la réflexion autour des notions de vérité et de manipulation. Néanmoins, cette histoire n’a, pour moi, rien d’exceptionnelle et vu sa longueur, j’ai parfois eu un peu de mal à progresser dans ma lecture.

Les plus

  • Une bonne dose d’aventures, de péripéties et de voyage
  • Des réflexions intéressantes sur les notions de vérité et de manipulation de la perception

Les moins

  • Des personnages qui manquent de charismes et auxquels j’ai eu du mal à m’attacher
  • Difficile de rentrer dans l’histoire et d’accrocher avant au moins les deux tiers du roman

Note : 4 étoiles **** – Bonne lecture (sans plus)

Ce livre rentre dans le cadre de challenge Littérature de l’imaginaire. C’est ma première chronique qui ouvre le compteur. Plus que 35 :-).

Bannière Challenge Littérature de l'imaginaire 1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s